Changer de banque pour regrouper ses crédits ?

Article publié le 18/02/2015

Faire le choix de procéder à un regroupement de crédits est une solution efficace dans de nombreuses situations. Pour y parvenir, il semble naturel de démarcher dans un premier temps sa banque habituelle, celle qui reçoit chaque mois les revenus du futur emprunteur ou du foyer. Mais il est surtout important d'obtenir les meilleures conditions, et de fait, ne pas comparer les offres serait un très mauvais choix, et une telle démarche de comparaison peut aboutir à souscrire un prêt de regroupement vers un établissement différent. Le changement de banque est il dès lors un impératif ? Précisions entre ce que stipule la réglementation et la pratique.



Ce qu'il faut savoir : :

Tout d'abord, de nombreux organismes proposent des regroupements de crédits, sans être à proprement parler des banques. Dans ce cas précis, ces organismes, qui ont souvent des offres particulièrement bien adaptées, n'auront aucune exigence quant à la domiciliation des revenus, l'échéance qui sera définie étant prélevée sur le compte indiqué. La situation est bien entendue amener à être fort différente si la meilleure option dans le cadre du regroupement est offerte par une banque, différente de la sienne. Dès lors, il est très probable que l'une des volontés de l'établissement soit la domiciliation des revenus, pour en faire le compte principal. Il convient de préciser dès lors que le conseiller financier se doit de préciser en amont sa volonté, et que d'un point de vue juridique, rien n'oblige un client à changer de banque lors du regroupement de crédits. Mais dans la pratique, les conditions avantageuses qu'offre la nouvelle banque impliquent souvent de lui faire aussi confiance sur le plan de la gestion du compte au quotidien, et non pas uniquement sur la partie crédit.

La réserve que l'on doit émettre provient des conditions tarifaires qui se doivent d'être également performante, car il n'est pas envisageable d'accepter des prix importants au niveau des cotisations mensuelles en raison d'un taux de crédits intéressants, les deux peuvent et doivent être obtenus. Il est à préciser toutefois que les banques qui acceptent de faire des regroupements de crédits à des prospects, ne le font que sous réserve d'avoir de solides garanties, et des dossiers où les conditions de revenus sont irréprochables, ainsi que des comportements bancaires avec très peu d'incidents. En effet, le rachat de crédits par une banque, d'un nouveau client, implique ainsi une prise de risque. Le nouvel établissement bancaire voudra donc avoir des risques minorés, et des perspectives de gains réels, qui si elles ne sont pas possibles sur les intérêts du crédit lui même, pourront l'être sur les nouveaux produits (carte bancaire, épargne, assurance vie, ainsi que tous les produits d'assurances,...) que le ou les client sont susceptibles de souscrire.

En définitive, si d'un point de vue contractuel et juridique, l'obligation de quitter son ancienne banque n'est pas un impératif, dans la pratique, cela sera souvent le cas, afin d'une part de rendre la confiance du nouvel établissement bancaire, qui prend ainsi certaines assurances pour les remboursements, mais aussi pour ne pas cumuler trop de frais répartis sur plusieurs banques, étant acté que les services d'une banque à une autre sont généralement assez proches, seul le montant des cotisations pouvant fortement fluctuer. Les banques sont conscientes que le gain de nouveaux clients se fait essentiellement à travers les crédits. (immobiliers, consommation, regroupement de prêts)