Peut-on obtenir un rachat de crédits si l'on est au chômage ?

Article publié le 19/04/2015

Vous avez souscrit un ou deux emprunts alors que vous étiez bénéficiaire d'un contrat de travail à durée indéterminée et que vous aviez des revenus suffisants pour payer vos mensualités, mais vous avez malheureusement fait l'objet d'un licenciement économique. Il en résulte que vous avez du mal à poursuivre vos remboursements avec vos indemnités de chômage.



Comment en bénéficier ?

Si vous souhaitez bénéficier d'un rachat de crédit, sachez qu'il y a très peu de chances pour qu'un organisme financier accepte de vous faire cette opération si vos revenus mensuels sont uniquement constitués par vos allocations de chômage. Vous ne pourrez obtenir une suite favorable que si vous avez un conjoint qui travaille sous contrat à durée indéterminée et qui a un salaire suffisant pour permettre le remboursement de votre futur emprunt et le paiement de votre loyer (si vous êtes locataire).

Il faut en effet que le salaire de votre conjoint soit égal au moins au triple du total constitué par votre loyer et par les mensualités de votre futur emprunt. Cependant, si vous êtes au chômage et si vous êtes sur le point de prendre votre retraite, un rachat de crédit pourra éventuellement vous être accordé si le montant de future retraite est suffisant pour vous permettre de rembourser votre emprunt sans difficulté.

En revanche, si vous n'avez pas un conjoint qui perçoit des revenus fixes ou si vous n'avez pas la certitude de toucher des revenus suffisants à partir du moment où vous devrez commencer à rembourser le crédit, vous n'avez que trois solutions :

- soit négocier un allongement de la durée de remboursement de votre emprunt avec votre créancier
- soit déposer un dossier de surendettement à la Banque de France
- soit saisir le tribunal d'instance dont dépend le siège social ou l'agence de l'établissement de crédit pour demander des délais de paiement. Dans ce cas, il faut présenter un dossier démontrant que vous êtes au chômage, que cette situation ne résulte pas d'un licenciement pour faute grave et que vous vous êtes efforcé de rechercher une solution amiable. Si votre dossier démontre votre bonne foi, le juge vous donnera certainement satisfaction. Mais vous serez inscrit au FICP.